FIQUE POR DENTRO DAS NOVIDADES! Insira aqui o seu email para receber gratuitamente as matérias!

Mirjana responde aos críticos de Medjugorje

18/02/16, por Gabriel Paulino | 0 Comentários
Peregrinações para Medjugorje
Compartilhe:

mirjananova

Medjugorje : Mirjana parle de ceux qui critiquent Medjugorje.

Quand les apparitions ont commencé à arriver à Medjugorje, la visionnaire Mirjana Dragicevic, qui était alors âgée de 16 ans, étudiait à la meilleure école secondaire à Sarajevo et vivait très heureuse avec sa famille.

. Sa vie agréable a été remplacé par des menaces et des interrogatoires. “Je voulais toujours demander à ceux qui me considérait comme une menteuse : Pourquoi devrais-je mentir? Qu’est ce que je gagnerais à mentir? “Demande la visionnaire dans un nouveau livre.

Renvoyée de l’école secondaire.Les persécutions,et menaces et interrogatoires quotidiens. pour Mirjana Dragicevic, ce furent les récompenses pour devenir une visionnaire de la Vierge Marie.

30 ans plus tard, Mirjana raconte les persécutions à son encontre dans le nouveau livre de l’écrivain local Kresimir Sego, “Une conversation avec les visionnaires”. Révélant en détail comment la vie qu’elle connaissait a disparu, Mirjana aborde également ceux qui la considèrent comme une menteuse:

“Au début, c’était difficile pour moi que les gens ne nous croient pas et qu’ils ont dit que nous avions inventé tout cela. Peu à peu, cela a cessé,

mais je suis désolé pour ceux qui continuent à penser de cette façon, qui se demandent constamment si tout cela est vrai, alors que Notre-Dame tend la main pour nous conduire au salut. Pourquoi perdez-vous du temps? », dit Mirjana.

«Je me suis demandé souvent: Pourquoi devrais-je inventer un tel mensonge? Si je mentais, ce serait moi qui deviendrais une personne anormale .

Même pendant le communisme, les médecins ont déclaré que nous étions normaux.

J’ ai eu une belle vie, je vivais avec mes parents en tant que leur seul enfant de neuf ans; ils me chérissaient.

Pourquoi voudrais-je transformer ma vie à l’envers, pourquoi mettre la tourmente, l’anxiété, l’angoisse et la douleur dans ma vie – pourquoi? Pour moi, seule une personne instable peut faire une telle chose “.

“C’est différent maintenant; le communisme ne règne plus ici et l’ancien pays n’existe plus (la Yougoslavie). Maintenant, c’est agréable d’être une visionnaire, mais à l’époque … .Pourquoi quelqu’un voudrait-il faire cela? Je voulais toujours demander à ceux qui me considère une menteuse: “Pourquoi devrais-je mentir? Que gagnerai-je à mentir? ”

Qu’est-ce que Mirjana a effectivement gagné, elle le détaille également à Kresimir Sego.

Renvoyé de l’école secondaire.

Alors que les autres visionnaires ont vécu à Medjugorje, en 1981 Mirjana vivait avec ses parents et son frère à Sarajevo, aujourd’hui la capitale de la Bosnie-Herzégovine, à l’époque un fief des communistes au pouvoir en Yougoslavie:

“C’était plus facile ici, à Medjugorje, comme c’était une région unique et tout le monde était catholique. C’était différent pour moi parce que j’étais seule.

Avant que les apparitions aient eu lieu, je fréquentais une école secondaire classique.

Elle a été considéré comme la meilleure de son genre à Sarajevo. Dès que je suis rentré à l’école après mon séjour à Medjugorje, je fus expulsée et cette épreuve fut accompagné de mots laids et d’insultes “,
raconte Mirjana à Kresimir Sego.

“Mon père a réussi à me transférer dans une autre école, mais cette classe a été suivie par les autres étudiants qui avaient été expulsés de cinq autres écoles secondaires de Sarajevo. Vous pouvez imaginer comment je me sentais;

les journaux étaient pleins de terribles articles sur moi. Je lisais que j’étais la petite-fille d’un criminel de guerre et que Notre-Dame était une fabrication constituée par les nationalistes “.

Menacée et interrogée.

Les autorités communistes ont laissé peu de paix pour tenter de la briser:

“Chaque jour, j’ai été emmené par les agents du Secrétariat du ministère de l’Intérieur . Ils m’ont interrogé sans relache. Ils ont exigé que je rédige et signe une déclaration disant que

le Père Jozo Zovko (du curé de la paroisse de Medjugorje à l’époque de la première apparition, éd.) avait fabriqué tout l’événement qui a eu lieu à Medjugorje “, dit Mirjana dans le nouveau livre de Kresimir Sego.

«Je suis convaincue que je devais dire la vérité et je leur ai dit que je n’avais même jamais rencontré Fr. Jozo avant.

Il était devenu le curé de la paroisse à la fin de 1980 et je suis venue à Medjugorje pour les vacances d’été en Juin 1981 alors Fr. Jozo était à Zagreb “.
«Je fus persistante en essayant de les convaincre que je ne connaissais pas le Fr. Jozo, mais ils ont gardé leurs menaces et ils me convoquèrent plusieurs reprises pour interrogatoire. Il était embarrassant pour moi de mettre un billet d’excuse auprès du Secrétariat à l’école, comme si j’étais une criminelle notoire », explique Mirjana.

Dans les premiers jours des apparitions ,Mirjana a essayé de passer plus de temps à Medjugorje où elle avait été en vacances lorsque les apparitions ont commencé. Mais elle a été maintes fois renvoyé à Sarajevo:

«Je suis venue, mais la police a continué à me ramener à Sarajevo. Je me souviens d’un accident très méchant. Ils maudissaient, ils me menaçaient, ils ont crié contre moi, et quand ils me ramenaient à mon appartement, je l’ai dit à ma mère:

«Maman, si seulement vous saviez ce qu’il s’est passé”. Ma mère m’a fait comprendre de me taire avec ses yeux et de ne pas parler, car celà aurait pu être encore pire “, dit Mirjana.

Aide des parents et des aides inattendues

Au milieu de toutes ces accusations et interrogatoires Mirjana a été fortement soutenue par ses parents. Ils étaient toujours à ses côtés:

Je me sentais désolé pour ceux qui m’interrogeaient et m’ont menacé . Mais, à travers cette épreuve, mes parents ont été extrêmement utiles. Ils me disaient d’être persistante et de dire la vérité, qu’ils allaient me soutenir et que Dieu nous aiderait. Vraiment, et il était ainsi “, raconte Mirjana .

“Cependant, je ne suis pas la seule qui a eu des problèmes. En fait, mes propres problèmes n’avaient pas tellement d’importance pour moi , je ne cessais de penser:

je vois Notre-Dame et voici comment ,c’est censé être. Cela m’a réconfortée, mais c’était difficile pour moi de regarder mes parents et mon petit frère souffrir et pleurer “.

«Mes parents ont souffert la persécution et des menaces et qu’ils risquaient de se faire virer, mais Dieu nous a aidés à travers tout cela. J’ai vraiment vu l’œuvre de Dieu en tout. Les portes que je pensais fermés à jamais, soudainement se sont ouvertes.

Quand je pensais que j’étais toute seule, il y avait toujours quelqu’un pour m’ aider. En cela, je vis comment la Mère de Dieu agit par des personnes différentes ».

Source:
Kresimir Sego: “Une conversation avec les visionnaires”, Medjugorje 2011

Matéria original: http://medjugorjeetlagospa.blogspot.com.br/2016/01/mirjana-parle-de-ceux-qui-critiquent.html#.VsWnX_krKUl

ícone fique atualizado FIQUE ATUALIZADO
Insira aqui o seu email para receber gratuitamente as Mensagens de Nossa Senhora!
-->

Mestre em informática e responsável pela edição do site. Após grandes graças recebidas pela Rainha da Paz, sentiu-se chamado a divulgar as mensagens que Nossa Senhora nos envia através deste santo lugar. Me siga no Google+.

Comentários Facebook

Deixe seu comentário